Mot du jour -  22 Kislev 5780 - 20 dec. 2019   20.Dec.2019

Mot du jour -  22 Kislev 5780 - 20 dec. 2019  

Chers Amis,  
 
‘Hanouka, la fête des lumières commence ce dimanche 22 déc. 2019 soir à la tombée de la nuit. Et durant 8 jours, soit jusqu'au dimanche soir 29 déc. inclus, tous les foyers juifs de par le monde sont tenus d’allumer une lumière de plus chaque nuit, en plus du Shamash -appelons–le gardien-. Le vendredi de la semaine prochaine on les allumera vers 16:00 – 16:10 à Paris, donc avant celles que l’on allume pour le Shabbath, à 16:40 à Paris.  
 
Ce sont finalement les femmes qui, par leur courage et leur détermination, incitèrent les hommes à s'élever contre l'oppresseur. Voici un très bref rappel de quelques hauts faits.  
 
Yehoudith, la propre fille du Kohen Gadol, le Grand Prêtre, interpella ses frères Yo’hanan, Yonathan, Yehouda, Shimon et Elazar, fils de Mattityahou, le jour de son mariage : « Vous tolérez que les filles d’Israël soient déshonorées ! Le gouverneur Grec obligeait toutes les filles d’Israël le jour de leur mariage à se présenter chez lui avant de rejoindre leur mari. Qu’attendez-vous pour vous inspirer de Shim’one et Lévi qui se sont levés contre Shekhem lorsque leur sœur Dina a été profanée ? » Ils se rebellèrent donc et causèrent d’immenses pertes aux Grecs.  
 
De même, une jeune, belle et riche veuve, nommée Yehoudith –était-ce la fille du Kohen Gadol, le Grand Prêtre ?- accompagnée de sa servante, parvint à tromper la vigilance des Grecs et à trouver grâce auprès d'Holopherne, le général d'armée d'Antiochus IV. Elle réussit à l'enivrer, le décapita et ramena sa tête, qu'elle exposa à la porte de Jérusalem. Voyant la tête de leur chef, les armées grecques prirent peur et s'enfuirent. 
 
On ne peut non plus pas taire la bravoure, le sacrifice et le don de soi pour la sanctification du Nom d'Hashem de 'Hanna et de ses 7 fils qui tous refusèrent de se prosterner devant une idole au prix de leur vie !   
 
Ni cette autre femme qui après avoir circoncis son fils cria sa révolte et sa détermination à refuser l'interdit imposé par les Grecs de pratiquer la circoncision. « Pourquoi alors avoir des enfants et pourquoi vivre ? » Puis elle précipita son enfant du haut de la muraille, s'y jeta à son tour et mourut. Ce fut un véritable électrochoc qui rappela à l'ordre et fit prendre conscience qu'il n'était plus possible de tolérer la coercition grecque. 
 
Le rôle joué par les femmes vertueuses dans le combat contre les Grecs était si manifeste que les Sages ont par la suite institué de dispenser les femmes de tout travail -au moins durant l'allumage des Néroth - les lumières de 'Hanouka et la demi-heure qui suit. Ainsi, elles pouvaient revivre mentalement les miracles vécus à 'Hanouka, le rôle qui fut le leur, et se pénétrer de la sainteté des lumières.   
 
Nous vous invitons à vous rendre sur le site de DVAR TORAH à l’adresse : https://www.dvartorah.org/content/21-mot-du-jour 

Laissez un commentaire