Mot du jour -     06 Nissan 5780 - 31 mars. 2020  31.Mar.2021

Mot du jour -  06 Nissan 5780 - 31 mars. 2020 

RAV MESSOD 'HAMOU zatsal NOUS A QUITTÉS ! C'est un coup de massue sur la tête ! 
 

On a du mal, beaucoup de mal à écrire zatsal alors qu’on voudrait tant qu’il soit avec nous. En fait zatsal ne convient pas complètement, mais plutôt Zékher Tsadik Vekadosh Livra’ha. Parce qu’il était vraiment un Tsadik, un grand Tsadik et aussi un homme Kadosh, un homme saint. Qui suis-je pour donner ces qualificatifs ? Je me sens tellement petit. Mais il y a environ vingt ans, lors d’un mariage d’un de ses enfants, Rav Yits’hak LEVY shlita dit qu’il ne comprenait pas les gens qui partaient en Eretz Israël pour demander des Brakhoth auprès de Guedolim, alors qu’ils avaient ici en France Rav HAMOU Zékher Tsadik Vekadosh Livra’ha. 

Tout l’être du Rav était dirigé vers HaKadosh Baroukh Hou. Il était plein de Torah, plein d’amour de la Torah et cet amour il savait le communiquer, le transmettre tout autour de lui. Dans sa Communauté bien sûr qu’il a construite de toute pièce, si l’on peut dire. Une Neshama après l’autre, pour totaliser de très nombreuses familles qu’il a su hisser pour les rapprocher et aimer Hashem avec ferveur.  

Rav ‘HAMOU Zékher Tsadik Vekadosh Livra’ha était ouvert à tous et personne ne s’en privait pour l’interroger et lui demander de l’aide à tout moment. Il s’est totalement donné dans la Avodath Hashem, le service divin, qu’il pratiquait en donnant des Shiourim, des cours de Torah du matin au soir. Il dirigeait les Tefiloth, et quelles Tefiloth, où chaque mot était prononcé lentement, avec une ferveur inouïe comme s’il était une perle de grande valeur. Et entre deux cours, il trouvait le temps de recevoir un couple pour résoudre un problème de Shlom Baïth, pour faire régner la paix dans leur foyer, ou encore une veuve pour essayer de l’aider à surmonter ses difficultés, ou mille autres raisons. Et l’après-midi il servait en qualité de Dayan au Beith Dine de la CIOP de Rav ROTTENBERG shlita. Sans compter les enterrements, les mariages, les Brithoth des enfants, comme celles des Guérim, dont il avait pris la charge pour les faire entrer dans l’alliance d’Hashem par la grande porte. 

Tout le monde l’aimait. Son regard était limpide, sans aucun calcul, sans arrière pensée. Il était totalement dévoué à la personne qui lui parlait. Sa bonté était palpable. Il vivait réellement le Ahavta LeRéakha Kamokha – le commandement d’aimer son prochain comme soi-même. Il émanait de lui tellement de simplicité et de gentillesse. Certes il savait être intransigeant et ne permettait pas le ‘Hilloul Hashem, la profanation du Nom d’Hashem, flagrant. 

Il était totalement empli de Kedousha, cette Kedousha qui exige une intimité aussi grande que possible avec l’accomplissement des Mitzvoth, des préceptes de la Torah, et donc l’étude de la Torah. Et naturellement il s’éloignait de tout ce qui était en dehors, étranger, donc en opposition. Lors d’un Melaveh Malka, quelques jours après l’assassinat de Rabin en Eretz Israël, à la fin quelqu’un demanda, hors du sujet traité, pourquoi les religieux ne respectaient pas la minute de silence ? Le Rav Zékher Tsadik Vekadosh Livra’ha s’écria : mais c’est Goyyish ! Ce n’est pas Juif ! Effectivement beaucoup ne savent pas que la minute de silence n’est pas une coutume juive, elle ne fait pas partie de notre tradition et nous n’avons rien de commun avec cette pratique. 

Le Rav, Zékher Tsadik Vekadosh Livra’ha, était si modeste qu’il n’aurait peut-être pas aimé que l’on parle de lui de façon élogieuse. Mais que l’on comprenne : il n’y a ici absolument rien de faux, ou même d’exagéré, et tous ceux qui connaissent le Rav savent que c’est la stricte vérité. Et, d’une certaine manière, ce qui est évoqué est bien en-deçà de la grandeur de ses Midoth, traits de caractère et comportements, qui méritent pourtant d’être évoqués. 

Il savait être un lion, assumant totalement sa qualité et son rôle d’homme Juif, de Rav, imprégné de la Torah. Et en même temps il savait être tolérant. Son amour envers tous débordait, au point qu’il s’abstenait de réagir lorsqu’il était atteint dans l’honneur qui lui était dû. 

Dès qu’un problème lui était soulevé, il n’avait de cesse d’essayer de trouver la réponse vraie, Emeth. Et chaque fois qu’il revoyait la personne, il était peiné de savoir que telle situation n’avait pu être résolue. Il vivait les soucis de chacun, mais aussi ses joies ! Et en plus de cela son emploi du temps d’étude de la Torah se prolongeait tard dans la nuit. Il avait une ‘Havrouta, une étude en binôme, au milieu de la nuit, parfois bien plus tard encore, et jusqu’à quelle heure ?...  

Qui va nous le remplacer ? Comment peut-on vivre sans lui ? Qui saura répondre à nos questions avec cœur, en étant vraiment concerné, en nous montrant combien notre souci devenait sien ? Où est ce rocher, dont la seule existence nous rassurait ? 

Mon D.ieu, Aide son épouse, la Rabbanith ‘HAMOU, Aide ses merveilleux enfants et ses petits-enfants. Que Hashem leur apporte à tous très vite la consolation, parmi tous les endeuillés de Tsion et de Yeroushalayim. 

Rav ‘HAMOU, interviens auprès du Trône Céleste pour qu’ils soient protégés et qu’ils jouissent de Ses largesses. Sois Mélitz Yosher, plaide en leur faveur, de même que pour toute ta Communauté, celle de Paris, de France et partout ailleurs. 

Qu’ils soient tous assurés que nous sommes avec eux et qu’ils sauront compter sur nous pour les soutenir à poursuivre l’œuvre merveilleuse et sans prix de Kidoush Shem Shamayim, de sanctification du Nom d’Hashem Yithbarakh ! 

Il nous faut resserrer les liens entre nous tous. Sentir que chacun est concerné par autrui, nous aider mutuellement, partager sa peine et nous réjouir dans ses joies. Comme le faisait tellement bien le Rav Messod ‘HAMOU Zékher Tsadik Vekadosh Livra’ha. 

Que cela aide aussi et amène très vite la Refoua Shléma, la guérison complète, chez tous les malades d’Israël et du Monde. Que Hashem, dans son immense, bonté veuille bien faire cesser cette épidémie qui nous frappe tant, et qu’Il nous envoie Mashia’h et la Gueoula sans attendre, avec la T’hiyath Hamétim, la résurrection des morts. Et alors nous retrouverons Rav HAMOU Zékher Tsadik Vekadosh Livra’ha, parmi tous nos chers disparus, Amen !  

Que chacun saisisse la chance de pouvoir adopter et intégrer au moins une partie de ses Midoth Tovoth, si remarquables et exemplaires, ainsi que son attachement à l’étude de la Torah. De prendre conscience de l’urgence de déployer toutes les énergies possibles pour briser les chaînes forgées par notre Yétser Hara, notre mauvais penchant, aidé en cela par toutes les influences et attirances extérieures, qui nous empêchent de nous y consacrer davantage. Qu’Hashem nous aide à réussir et à remporter cette victoire pour Sa gloire. Cela sera pour le plus grand mérite de chacun et aussi celui de Rav ‘HAMOU Zékher Tsadik Vekadosh Livra’ha. 

Qu’Hashem nous aide aussi à DVAR TORAH à produire une clé usb de tous ses chiourim, comme nous avons pu le faire, Baroukh Hashem, pour le Rav Yossef ‘Hayim SITRUK zatsal et Ybadel LeHayim Tovim Rav Yossef David FRANKFORTER shlita. Que ceux qui souhaitent y participer, se joignent à nous. Pour le moment nous diffusons chaque jour 3 cours différents de Morénou VeRabbénou Rav ‘HAMOU Zékher Tsadik Vekadosh Livra’ha dans la page d’accueil de notre site à l’adresse www.dvartorah.org 

Il faut prier intensément pour la Refoua Shléma de Rav Rephael Na’houm Yoel Ben Vitlè, Rav BLŒDÉ d'Épinay et de la Yeshiva du Raincy, qui est en très grand danger, et pour Rav Yi’hia ben Aïcha, le Dayan Rav Ye'hia TEBOUL de Lyon, parmi tous les malades d’Israël qui sont en grand danger ou même moins, et aussi pour tous les autres malades. 

Laissez un commentaire