8 Av 5774 - 4 août 2014 04.Aug.2014

8 Av 5774 - 4 août 2014

 

 
 
Le 9 Av tombe cette année le 4 août (à Paris le jeûne commence à 21h24 et se termine le lendemain soir 5 août à 22h09). 
 
Grand jour d’affliction et de deuil, qu’il revient à chaque Juif de ressentir au plus profond de lui-même. Il révèle le fossé qui nous sépare de la Sainteté de la Présence Divine. Celle qui régnait au temps où le Peuple communiquait via les Kohanim -d’abord dans le Mishkane, le Tabernacle dans le désert- puis au Beith Hamikdash -le 1er et le 2ème Temple à Jérusalem- de façon étroite, continue et tout à fait privilégiée avec le Créateur. C’est ce temps qu’il nous faut retrouver au plus vite. 
 
Nous espérions tant que nous n’aurions plus à jeûner ce 9 Av du fait de la venue tant attendue de Mashia’h, du Messie. Mais nous aurons peut-être encore le mérite d’assister à sa venue toute imminente ?... 
 
Les dernières semaines vécues par l’ensemble du Peuple Juif ont été cruciales et particulièrement éprouvantes. 
 
Israël a montré et enseigné au Monde qu’il s’avait s’unir contre l’adversité. 
 
Nous avons aussi assisté à l’effritement de barrières, artificiellement dressées, entre différentes parties de la société. 
 
Beaucoup reste à faire, mais très nombreux se sont ouverts aux autres, les ont davantage acceptés. 
 
Israël a refusé le piège de tuer sans discriminer ceux qui servaient de boucliers, tout en prenant de grands risques, bien des fois au péril de ses propres enfants. 
 
Le Monde est-il en mesure d’apprécier cette leçon et de tirer l’enseignement qu’elle contient ? 
 
Ceux qui ont été épargnés en sont-ils seulement conscients ? 
 
En seront-ils reconnaissants ou au contraire se retourneront-ils contre Israël, comme si rien n’avait été fait pour qu’ils soient restés saufs ? 
 
À l’heure où nous écrivons ces lignes, il en est en Israël qui s’élèvent contre la décision de retrait. Nous ne sommes pas en mesure de juger. Tout est de toute façon dirigé par le Maître du Monde. C’est Lui qui nous inspire et qui nous fait agir. S‘Il veut que l’on agisse autrement, les événements dicteront les attitudes appropriées. 
 
Tout ce que nous pourrons faire, en propre, au niveau individuel, est de nous attacher à nous rapprocher de Lui, à reconnaître Sa grandeur et à Le connaître davantage, pour réellement réaliser ce qu’Il attend de nous, et cela, le mieux et le plus parfaitement possible. De ce fait, personne ne peut faire l’économie d’étudier et de comprendre le message qu’Il nous adresse. Celui qui est contenu dans la Torah qu’Il nous a donnée au Mont Sinaï. 
 
Le fait de se rapprocher les uns des autres, tous cercles confondus, est un pas immense qu’il faut poursuivre, jusqu’au renforcement de l’ensemble du Peuple Juif. 
 
Ce n’est pas la haine, mais bien l’amour que je porte envers mon prochain qui me donne l’énergie d’agir dans le sens prisé par Hashem. Et cette énergie, il faut savoir que c’est Hashem qui me l’offre ! 
 
Alors le Peuple Juif sera réellement à même d’accomplir son destin, celui d’être Memlekhèth Kohanim VeGoye Kadosh, un Royaume de Prêtres et un Peuple Saint ! L’ensemble des Nations nous reconnaîtra et nous louera, nous qui accomplirons la Parole d’Hashem ! Nous sommes condamnés à réussir parce qu’il s’agit là du projet qu’Hashem a voulu pour son Peuple. 
                                                                                        
N.B. Nous vous invitons à (re)lire la lettre de Dvar Torah n°7 page 6, que vous trouverez à l’onglet « La Lettre » sur notre site. 

Laissez un commentaire